Comprendre les compétitions de mathématiques en Amérique du Nord                 

 

Il existe quelques évaluations de renommée internationale qui évaluent les compétences des étudiants dans diverses matières :  Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) et Trends in International Mathematics and Science Study (TIMSS). PISE  est un projet dans le  Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) conçue pour fournir des indicateurs internationaux axés sur les politiques des compétences et des connaissances des élèves de 15 ans dans le monde ( http://www.pisa.gc.ca/fra/ home.shtml ). Dans le cadre du projet, trois domaines principaux sont évalués, notamment la lecture, les mathématiques et les sciences. Comme pour le TIMSS, les élèves de quatrième et huitième année sont évalués en fonction de leur niveau en mathématiques et en sciences. À partir de ces deux évaluations, nous pouvons voir que les mathématiques et les sciences semblent être des domaines d'intérêt communs dans les évaluations des élèves.   Par conséquent, pour les besoins de cet article, je me pencherai spécifiquement sur l'aspect mathématique et je donnerai un aperçu des concours de mathématiques disponibles en Amérique du Nord.

 

De nombreux types de concours de mathématiques existent dans le monde avec des participants de tous horizons. Cependant, en général, il existe deux types d'étudiants qui participeront aux compétitions de mathématiques. Le premier type d'étudiants est celui qui ne sait pas à quel point leurs mathématiques sont bonnes et qui veulent savoir où ils se classeraient à l'échelle nationale. Le deuxième type d'étudiants est celui qui est doué en mathématiques. Participer à divers concours leur permet de répondre à leurs besoins d'estime tels qu'ils sont vus dans la hiérarchie des besoins de Maslow car s'ils obtiennent de bons résultats aux concours, leur nom serait accrédité dans le dossier scolaire, ce qui aiderait en partie à construire leur profil dans leur candidature à cégeps et universités.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au cours des dernières décennies, les types de questions trouvées dans ces concours étaient principalement des problèmes de mots qui étaient soit des questions à choix multiples, soit des questions à compléter. Cependant, récemment, nous avons vu la tendance passer des problèmes de mots aux problèmes de situation. Au lieu d'une simple réponse A, B, C ou D par exemple, on est maintenant testé sur des concepts d'intégration et doit écrire des énoncés de raisonnement pour résoudre un problème allant d'une à cinq pages. Le ministère de l'Éducation du Québec a également repris cette tendance en réformant l'ensemble du programme de mathématiques.  

 

Alors, qu'est-ce qu'un problème situationnel en mathématiques et en quoi est-il différent d'un problème de mots ? Le Programme éducatif du Québec décrit une situation-problème comme « caractérisée par la nécessité d'atteindre un but. Cet objectif ne peut être atteint instantanément, car il ne s'agit pas d'un exercice d'application ». C'est une situation dans laquelle une personne cherche à atteindre un objectif pour lequel un plan d'action approprié n'est pas immédiatement apparent (Burns, 2000). Dans ces problèmes, il existe généralement plusieurs façons de recevoir la bonne réponse. De plus, dans certains cas, plusieurs bonnes réponses sont disponibles.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

D'un autre côté, un problème de mots oblige les enfants à se concentrer sur le sens des opérations arithmétiques. Le problème est traduit en une phrase mathématique, et les enfants font le calcul demandé dans cette phrase. Il y a généralement une bonne façon d'obtenir la réponse ; il y a toujours une bonne réponse (Burns, 2000).  http://www.swlauriersb.qc.ca/francais/edservices/pedresources/workshops/pbl.htm

 

À partir de l'image suivante, vous pouvez avoir un aperçu des concours de mathématiques trouvés localement à ceux trouvés à l'étranger.  

 

Au Canada, le Waterloo University Centre for Education in Mathematics and Computing (CEMC) 
a organisé plusieurs types de concours ( http://www.cemc.uwaterloo.ca/ ).  Les plus populaires sont les suivants : Gauss I (G7), II (G8), Pascal (G9 ou moins), Cayley (G10 ou moins) et Fermat (G11 ou moins). Ces concours encouragent les élèves à travailler leurs capacités de résolution de problèmes. Ils consistent à résoudre 25 questions à choix multiples en 60 minutes avec un total de 150 points. Le deuxième groupe de concours est Fryer (G9 ou moins), Galois (G10 ou moins) et Hypatia (G11 ou moins). Seuls les 25% des meilleurs élèves de la classe sont recommandés par les enseignants. Ces concours consistent à résoudre quatre problèmes en 75 minutes, nécessitant des solutions écrites complètes pour un total de 40 points. Le dernier groupe est Euclid (G12, cégep ou moins) qui consiste à répondre à 10 questions en 2,5 heures pour un total de 100 points. Tous les concours passés peuvent être téléchargés sur leur site Web pour que les étudiants puissent s'entraîner ( http://www.cemc.uwaterloo.ca/contests/past_contests.html ).  

 

Parmi les participants de Caley et Fermat, les 25 % les plus performants sont invités à participer au programme d'été de l'Olympiade mathématique (MOSP) qui est un programme de formation intensive de 3 à 4 semaines en été. Les élèves les plus doués seront ensuite sélectionnés pour participer à l'Olympia mathématique canadienne (CMO).  

 

Une autre façon de participer à des compétitions de mathématiques est de passer par la Financière Sunlife et de nombreuses universités canadiennes qui organisent chaque année un Canadian Open Math Challenge (COMC) pour les étudiants à temps plein âgés de 19 ans ou moins. Le défi consiste en un total de 12 questions à résoudre en 2,5 heures pour un total de 100 points (http://cms.math.ca/Competitions/COMC/2012/). Les 50 meilleurs étudiants de ce concours sont ensuite invités à participer l'Olympiade canadienne de mathématiques (OMC).  

 

Aux États-Unis, la Mathematical Association of America ( http://amc.maa.org/ ) organise trois types de concours de mathématiques dans le cadre des American Mathematics Competitions (AMC). AMC 8 (G8) se compose de 25 questions à résoudre en 40 minutes tandis que AMC 10 (G10 ou moins) et AMC 12 (G12 ou moins) se composent de 25 questions à choix multiples à résoudre en 75 minutes. Les participants qui font partie du top 1% de l'AMC 10 et du top 5% de l'AMC 12 sont ensuite invités à assister à l'American Invitational Mathematics Examination (AIME) qui consiste en 15 questions extrêmement difficiles auxquelles il faut répondre dans les 3 heures. Les participants qui se classent parmi les premiers sont ensuite choisis pour participer à l'Olympiade mathématique des États-Unis d'Amérique (USAMO). Ce concours est beaucoup plus intense, composé de six questions et de 9 heures de rédaction et d'examen de preuves, d'une durée de deux jours.  

 

De cette analyse, vous pouvez voir que les concours préliminaires sont principalement tous à choix multiples, problèmes de mots et plus les concours deviennent globaux, les questions deviennent des problèmes de situation. Vous remarquerez peut-être aussi le manque de concours pour les élèves du primaire. Heureusement, la Fondation québécoise pour la réussite scolaire (FAQ, un organisme fédéral enregistré à but non lucratif) organise des concours annuels pour les élèves de la deuxième à la cinquième secondaire.

 

Alors, quels sont les inconvénients d'assister à des compétitions comme celles-ci ? Un célèbre éducateur de Harvard, le Dr Tony Wager, a souligné un jour que de nombreux pays poussent et forcent leurs étudiants à s'entraîner et à participer à ces concours. Ceci, malheureusement, conduit ces pays axés sur les concours à perdre leur avantage concurrentiel mondial, car ces concours ne peuvent cultiver que quelques compétences de survie, a averti le Dr Wager.  (http://www.tonywagner.com/7-survival-skills).  Les compétences telles que la pensée critique et la résolution de problèmes, l'accès et l'analyse de l'information peuvent s'améliorer chez les élèves, mais la curiosité et l'imagination peuvent faire défaut. Les concours ne peuvent servir que d'outil pour les étudiants talentueux et doués ou pour ceux qui sont au-dessus de la moyenne en classe, pour les aider à connaître leur niveau et à planifier leur future carrière. Cela dit, ces concours ne sont pas destinés à tout le monde et s'ils ne sont pas pris avec soin, les résultats peuvent causer plus de mal que de bien. Inversement, en connaissant leur niveau réel par rapport à leurs pairs, ils peuvent savoir s'ils sont aptes ou non à étudier des domaines particuliers tels que les affaires, les sciences ou l'ingénierie.  

Si le concours préliminaire avait plus de problèmes de situation, les candidats du concours plus global seraient-ils différents et de quelle manière ?

Quelles sont les différences entre la résolution de problèmes et les problèmes situationnels ?

  

En tant que parents, comment pouvez-vous aider vos enfants à résoudre ou à améliorer leurs situations-problèmes ?

Picture2.png
Picture1.png